We've updated our Terms of Use. You can review the changes here.

J'ai Horreur de l'Amour

by Bertrand Betsch

/
  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €7 EUR  or more

     

  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Includes unlimited streaming of J'ai Horreur de l'Amour via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 2 days
    3 remaining

      €13 EUR or more 

     

  • Full Digital Discography

    Get all 67 Microcultures releases available on Bandcamp and save 40%.

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality downloads of Jukebox Babe vol.1, The Greathart, J'ai Horreur de l'Amour, Mami Wata, Chalky Road, Arsenic, Le Projet, Orange Bleue Amère, and 59 more. , and , .

    Excludes supporter-only releases.

    Purchasable with gift card

      €245.40 EUR or more (40% OFF)

     

1.
Tant Tard 03:13
2.
Fontaine 04:20
3.
4.
L’Aorte 02:29
5.
6.
7.
Ultraviolet 03:00
8.
En Dessous 03:10
9.
Deadline 03:40

about

“Vivre, eh oh, ça va bien cinq minutes ! J’ai pas demandé à naître. Je passerais bien par la fenêtre.” Dans l’emblématique Tout Doit Disparaître, Bertrand Betsch clame son désamour d’une existence à laquelle il s’accroche pourtant avec la poésie et la grâce de ceux qui n’ont plus rien à attendre. La vie ne vaut rien, mais rien ne vaut la vie, comme le chantait quelqu’un d’illustre avant lui.
Après un récent triptyque d’albums (La Vie Apprivoisée, Tout Doux, La Traversée) qui laissaient entrevoir quelques notes de lumières et une forme d’apaisement dans la prose de Bertrand Betsch, désormais l’heure est grave. Définitivement grave. Cette fois, la mort est omniprésente. Pas de faux semblant. Pas d’échappatoire. Les parangons d’une virilité de façade se taillent les veines en douce. Eros et Thanatos n’ont jamais été aussi entremêlés (“Pourquoi le désir de mourir est-il plus fort que de jouir ?”). L’amour est une violence (“Aimer c’est violer“). La fin des temps est proche. Le seul sommeil qui apaise est celui de l’éternité. Et c’est, bien sûr, la mort qui gagne à la fin. Les derniers mots du disque, répétés comme un mini mantra sont, à ce titre, d’une éloquence tellement frontale qu’elle décontenance.
Le chanteur ne laisse ici que peu de place à l’ambiguïté, qu’il sait pourtant cultiver d’ordinaire. Si la simple lecture du tracklist vous semble déjà chargée, mieux vaut passer votre chemin pour cette fois et ne pas poser le disque sur votre platine. Mais si vous franchissez le pas, si vous répondez présent à cette “invitation au suicide”, comme la décrit le principal intéressé, il se peut que vous y entendiez autre chose. Il se peut que vous soyez séduit par les sirènes de ce désespoir mélodique ; il se peut que vous vous laissiez happer par la douceur langoureuse de cette mélancolie ; il se peut que vous vous laissiez emporter par la voix désenchantée mais enchanteresse d’un artiste en pleine possession de ses moyens. Il se peut même, ultime récompense, que vous saisissiez ça et là quelques notes de tendresse, au détour d’un piano, d’arrangements de corde, d’un accord de guitare, quelques particules d’humour gris foncé, au détour d’un vers ou d’une intonation particulière. Il se peut que vous souriez alors en vous abandonnant à vous-même et en cédant au plaisir d’être triste.
“Il serait temps que ça s’arrête. Tout doit disparaître.”
Et pourtant on en redemande, encore. Et encore.

credits

released April 22, 2022

license

all rights reserved

tags

about

Microcultures France

Microcultures Records is an indie French label (Phantom Buffalo, Soltero, Nesles, Jim Yamouridis, John Cunningham, Nicolas Paugam, Bertrand Betsch, Manolo Redondo...).

contact / help

Contact Microcultures

Streaming and
Download help

Redeem code

Report this album or account

If you like J'ai Horreur de l'Amour, you may also like: